Ragnar Kjartansson

L’année 2016 s’annonce assez brillante au MAC de Montréal. Sa programmation (évoquée à la fin de cet article) commence en fanfare avec l’exposition majeure d’un artiste islandais qui fait « bouger les lignes », de Paris à Miami en passant par la Biennale de Venise et le MoMA. En bonus : un concert-performance le 3 mars prochain à la Place des Arts.

ragnar_0

Trois installations monumentales

À la fois mondialisé et enraciné, adulé dans sa terre natale comme le maître incontesté de la synergie artistique, Ragnar Kjartansson déploie au MACM trois grandes installations en muti-écrans qui nous parlent de beauté, d’amour, de peine, de mystère et de nostalgie. Des œuvres conçues suivant sa devise : amour, respect et collaboration. Étonnant, de prime abord : ce drôle de Ragnar veut-il nous démontrer que, contre un certain courant dominant, le romantisme et l’art contemporain peuvent faire bon ménage?

Oui, sans aucun doute, comme on le ressent dès la première installation, Les visiteurs, une ode à l’amitié et à la perte amoureuse qui prend pour cadre la Rokeby Farm, demeure patricienne et décrépite située dans la vallée de l’Hudson. Les amis de l’artiste, joueurs de la scène musicale de Reykjavík, s’installent dans ce vaste espace bucolique, cultivé et déchu, pour interpréter une pièce musicale inspirée d’un poème.

RK_THE_VISITOR_ELISABET_DAVIDS04

Des amis, des repas, de l’alcool et de la musique

Chacun joue de son instrument dans une pièce, simultanément avec les autres, un casque sur les oreilles. La mélodie, My Feminine Ways, se déroule, lancinante, envoûtante. L’effet est puissant, nostalgique, hypnotique. Artiste multidisciplinaire ayant baigné dans la musique et le théâtre, Ragnar estime que la réussite de ses œuvres tient d’abord et avant tout à la création d’une énergie collective, dans laquelle les actes de manger, boire et vivre ensemble, sont fondamentaux.

2334516-20130918_video_17380472

Il avait d’ailleurs mis en oeuvre cette même dynamique pour une performance remarquée à la Biennale de Venise, en faisant voguer un orchestre sur une barque au nom évocateur de S.S. Hangover

RK_THE_VISITOR_ELISABET_DAVIDS02

De l’énergie, avant toute chose

Dans le projet artistique du Scandinave touche-à-tout, on retrouve l’influence de Fluxus, apportée en Islande par Dieter Roth, ami de son père. L’énergie est plus importante que l’objet mais l’objet devient important par l’énergie qui lui est conférée. Envie de tout redéfinir -« lt all came naturally », dit-il souvent à propos de ses créations.

Comme il l’explique avec une douce et tranquille ironie, The Visitors « parle beaucoup de perte, de divorce, ce genre de trucs scandinaves ».  Composée avec son ex-femme, la pièce évoque « leur défaite mutuelle », dans un 21e siècle qu’il estime devoir être le Siècle féminin par excellence (pourquoi ne pas rajouter de la philosophie dans le tableau après tout, pour faire bonne mesure?).

DPX88-1024x576

Sa deuxième installation, beaucoup plus cinématographique, veut nous plonger dans l’évocation de Lumière du monde, du prix Nobel de littérature Halldór Laxness. Considéré comme un chef d’oeuvre de la Littérature islandaise (1940), et comme une sorte de bible pour de nombreux artistes islandais, l’ouvrage relate l’histoire tragique et romantique d’un poète maudit. Ça pourrait être kitsch mais ça ne l’est pas!

dpx-02049-1024x576

La poésie extrêmement soignée des tableaux voisine avec une signature visuelle et un côté faussement bricolé qui tire du côté de Wes Anderson. Hypnotique et superbe.

Lot of Sorrows enfin, chanson d’environ trois minutes jouée sans interruption durant six heures par le groupe culte américain The National. L’enregistrement-performance a été réalisé au MoMA PS1, indication ultime de top branchitude internationale.

255a5acd540c801e875c6392090536f7

« Sorrow found me when I was young / Sorrow waited / Sorrow won », entonne le lead singer de sa voix chaude et sombre. Dépressifs, s’abstenir! Mais la mélancolie du propos est transcendée par la beauté de l’interprétation et la répétitivité hallucinée de la chansonnette, au fil des heures (oui, même dans un contexte d’art contemporain, il nous arrive encore d’utiliser ce mot bourgeois et vieillot de «beauté»). De toute façon, « Notre besoin de consolation est impossible à rassasier » comme nous l’enseigne Stig Dagerman, un autre scandinave dont nous conseillons la lecture.

Bref, l’exposition Ragnar Kjartansson est à voir absolument, d’autant plus que l’intéressé est un fan du groupe Abba (et de son dernier album The Visitors qui l’a influencé), qu’il estime faire dans son oeuvre le portrait de sa génération, qu’il dit nourrir  « le rêve mégalomane d’une industrie simple et artistique » et qu’enfin, il fait souvent mention, dans ses entrevues, de son père qui lui a dit un certain jour de Noël : « It is sad and beautiful to be a human being »…

Cerise sur le gâteau à ne pas rater le 3 mars, Les Sonorités explosives de la divinité,  un opéra-performance avec des tableaux composés de toiles peintes à Reykjavík en été 2013, Kjartan Sveinsson, ex-musicien du groupe Sigur Ros et les musiciens et choristes de l’Orchestre métropolitain. Une production du théâtre Volksbühne am Rosa-Luxembourg-Platz de Berlin. Charme et splendeur en perspective.

aDSC-3729--1280x854-

Ragnar Kjartansson au Musée d’art contemporain de Montréal, jusqu’au 22 mai 2016. Concert-performance Les sonorités explosives de la divinité au Théâtre Maisonneuve de la Place des arts, le 3 mars 2016.

large

Crédit images : vice.com, Palais de Tokyo, luhringaugustine.com, MACM.

Et à venir cette année au MACM…

Ryan Gander, artiste britannique, conceptuel et – ça n’est pas toujours incompatible – humoristique. Fitch et Trecartin, artistes post-Internet réflexion poussée et maniérée,  Lyz Magor, hommage à Vancouver photo conceptualiste moulages en polymère faux réel, hyperréel et surréel – enfin la première grande rétrospective Edmund Alleyn. Miam!

Cet article, publié dans Uncategorized, est tagué , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s